En construction ...

 

La PNL comme beaucoup d'approches a son jargon et ses expressions qui ne sont pas toujours clairs pour les néophytes, pour les personnes en formation et même quelques fois pour les praticiens en PNL.

Vous trouverez dans cette rubrique l'explication de termes souvent utilisés en PNL.

Un grand merci à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la création de ce lexique. Si vous ne trouvez pas un mot ou une expression PNL, informez nous en et nous le rajouterons à cette liste. 

 

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

 

Ancrage

Existence d'un lien entre une information sensorielle extérieure (un son, une odeur, un geste, un point de contact physique, etc.…) et une représentation interne comme un souvenir ou un état émotionnel. 

Par exemple, quand nous sentons une odeur qui nous rappelle un lieu, il y a un ancrage. (C'est la madeleine de Proust).

Application en PNL
En PNL, on va créer un ancrage entre un état émotionnel lié à une expérience (par exemple la sérénité) et une stimulation extérieure (par exemple une pression sur une partie du corps, le plus souvent sur la main ou sur l'épaule).

En utilisant cette stimulation (point de pression), nous retrouvons l'état émotionnel (la sérénité) que nous voulons. 

Les ancrages sont utilisés pour ressentir facilement les états émotionnels souhaités et pour s'y reconnecter quand on veut.

Utilité
L'apprentissage de l'ancrage aide à mieux gérer ses émotions. Il permet d'accéder rapidement et à volonté aux émotions de notre choix en étant complètement autonome.

Retour au sommaire

Associé

Vivre une expérience ou un souvenir en étant acteur (voir l'opposé « dissocié » - spectateur).

Par exemple, vivre un souvenir en associé revient à être dans le souvenir, en contact avec toutes ses sensations (ce que l'on voit, entend, et ressent). Dans ce cas, nous revivons pleinement ce souvenir comme si nous y étions, à travers nos propres yeux.

Application en PNL
En PNL, on vit (ou revit) une expérience en associé pour balayer tous les registres sensoriels (ce que l'on voit, entend, et ressent) qui accompagnent cette expérience, on vit (ou revit) l'action et on s'imprègne de ses ressentis.

Utilité
Sert à se reconnecter à une expérience ou un souvenir pour retrouver toutes les sensations et perceptions qui y sont liées.

On va par exemple vivre en associé une expérience de motivation pour ensuite l'utiliser comme ressource émotionnelle dans d'autres situations (en utilisant l’ancrage).

Retour au sommaire

Carte du monde

Notre carte du monde est la représentation que notre notre cerveau crée de la réalité qui nous entoure. Cette représentation est le résultat du traitement subjectif des données sensorielles que notre cerveau capte en permanence.

Comme une carte topographique d'un territoire ne peut représenter graphiquement tout le territoire, notre carte du monde ou représentation subjective de la réalité ne peut représenter toute la réalité (monde) qui nous entoure.

Dans le modèle de la PNL, nous explorons notre carte du monde en étudiant des processus cognitifs qui filtrent, traitent et évaluent les informations.

Il y a donc autant de cartes du monde qu'il y a d'individus et aucune carte n'est meilleure qu'une autre. Cette notion est fondamentale en PNL.

Application en PNL
Ce concept de « carte du monde » se retrouve dans de nombreux outils PNL. Pour autant, voici 3 applications centrales :

  • Pour soi : explorer les limites de sa carte et apprendre à les repousser.

  • Dans nos relations : prendre conscience de ce qui nous appartient (dans notre carte) et ce qui appartient à l'autre (dans sa carte). Ce principe de « carte du monde » est un élément fondamental pour progresser dans l'acceptation de l'autre et de ses différences.

  • Pour aider l'autre : accompagner l'autre dans l'exploration de sa carte afin qu'il y trouve ses propres solutions.

Utilité
En apprenant à respecter la carte du monde de l’autre, on favorise la relation de communication et l’efficacité de tout travail d’accompagnement et/ou d’aide.

De plus, comme nous fabriquons chacun notre carte, on trouve dans la PNL les moyens pour agrandir sa carte et rendre possible ce qui paraissait impossible.

De façon plus globale, la notion de « carte du monde » permet de prendre conscience que sa carte du monde n'est pas la réalité et que sa façon de voir, comprendre les choses n'est pas meilleure que celle de son voisin.

Comprendre et connaître sa carte du monde nous donne du recul sur nos modes de fonctionnement, nous permet d'augmenter la conscience de nous-même et d'agir au lieu de réagir. A partir de cet apprentissage, nous comprenons que quand l'autre nous juge, il ne fait que parler de sa carte du monde.

Intégrer cette notion ouvre à la tolérance de soi et des autres

Retour au sommaire

Critère

Standard d’évaluation subjectif qui nous permet de donner du sens à nos expériences. Un critère est comme une référence que nous allons utiliser pour évaluer, juger, prendre une décision.

Un critère représente ce que nous voulons obtenir ou ce que nous voulons éviter. Linguistiquement, c’est un nom abstrait, un concept comme par exemple l’efficacité, le partage, la perfection, la réussite, la liberté et aussi la malhonnêteté, l’injustice, l’irrespect, la médiocrité, la solitude.  

Application en PNL
En PNL, les critères sont utilisés dans les cas suivants :

  • Réaliser le diagnostic d’un problème afin de trouver une solution adaptée à nos désirs
  • Apprendre à se motiver pour un objectif
  • Faire des choix cohérents avec nos attentes
  • Trouver de nouvelles réponses émotionnelles.

Le travail sur nos critères permet aussi de découvrir comment les satisfaire facilement. 

Utilité
Travailler sur ses critères sert à mettre à jour son propre système d’évaluation, à l’enrichir et à se donner du choix. La connaissance de ses critères permet de comprendre ses états émotionnels et de mieux gérer ses émotions.

 Retour au sommaire

Croyance

Une croyance est une vérité au sujet de nous-même et de notre relation avec le monde.

C’est une conclusion que nous avons tirée très tôt pour donner du sens à une situation évaluée dangereuse et que nous ne comprenions pas. Elle va donner une explication à notre survie.

Une croyance est vécue à travers nos sens. Au départ, elle n’existe pas sur le plan linguistique. Elle est de nature inconsciente, contrairement à une conviction qui, elle, est consciente. En PNL, on donnera à une croyance une expression linguistique pour lui donner existence.

Une croyance va devenir notre réalité qui va donner du sens à nos expériences. Elle va conditionner notre façon de voir les choses, nos réflexions, nos comportements, nos actions et nos réactions.

En résumé, nos croyances sont les fondations de notre psyché. Elles sont incontournables pour notre construction psychologique.

Application en PNL
Il existe de nombreux outils en PNL pour réaliser un travail rigoureux sur ses croyances. Voici 3 domaines d’application :

  • Pour soi : Prendre conscience de ses croyances limitantes, leur donner une existence en trouvant l’expression linguistique qui les révèle, apprendre à les assouplir et se donner du choix par rapport à elles pour créer de nouveaux possibles.
  • Dans nos relations : repérer ce qui est vrai pour l’autre permet de comprendre ses réactions, ses façons de penser et aussi d’accepter ses différences.

  • Dans la relation d’aide : accompagner l’autre dans la découverte des fondements de sa personnalité et l’aider à se libérer de ses prismes qui l’empêchent d’avancer.

Utilité
Devenir conscient de nos croyances et savoir les modifier permet de :

  • Donner du sens à notre vécu, à nos facilités, à nos difficultés et à nos freins
  • Nous libérer de l’emprise de nos vérités qui nous empêchent d’avancer
  • Nous détacher de nos conditionnements les plus anciens
  • Se détacher de l’emprise de nos vérités et devenir libre de nos choix.

Travailler sur ses croyances permet d’évoluer dans de nombreux domaines comme l’apprentissage, l’impact du regard de l’autre, les situations d’évaluation, l’image de soi, l’acquisition de nouveaux savoir-faire liés à la communication, la négociation, la prise de parole en public, le management, etc.

Retour au sommaire

Dissocié

Se voir dans une situation. Pour devenir observateur de soi, nous utilisons un processus mental qui consiste à imaginer que nous sommes spectateur de notre propre expérience (voir l'opposé « associé » - acteur).

Par exemple, voir en dissocié un repas de famille, une réunion en entreprise ou sa propre performance sportive permet de se voir dans ces situations et d'avoir une vue complète de la scène, de ses agissements et de ce qu’il se passe autour de soi. 

Application en PNL
En PNL, la dissociation est utilisée pour les expériences passées, le présent et la construction de nos objectifs :

  • Pour un souvenir, se dissocier permet de revoir ce qui s'est passé en se détachant de l'impact émotionnel
  • Au présent, grâce à la dissociation, nous prenons de la distance par rapport à ce que nous vivons en intégrant des informations liées à notre environnement
  • Pour préparer un objectif, se voir par anticipation dans la situation permet de considérer nos actions et d'ajuster ce que nous voulons faire pour réaliser notre objectif.

Utilité
Se dissocier permet de :

  • Prendre du recul par rapport à un évènement passé
  • Obtenir des informations sur nos attitudes, notre environnement et sur leurs impacts mutuels pour comprendre ce que nous avons à améliorer
  • Affiner la préparation d'un objectif pour faciliter sa réalisation, s’assurer de sa réussite et le rendre efficace

Retour au sommaire

Ecologie

Equilibre issu de l’interaction des différentes composantes psychiques d’une personne. L’écologie est à rapprocher de l’homéostasie d’un système.

Cet équilibre est constitué des éléments et des processus qui créent notre vision subjective de la réalité.

En PNL, l’écologie est associée à la notion d’objectif. Un objectif écologique est un objectif compatible avec notre équilibre intra psychique du moment.

Application en PNL
Etudier l’écologie permet de découvrir nos limites qui nous empêchent de réaliser nos objectifs. Ce travail revient à identifier les parts de notre subjectivité qui rendent l’objectif difficile voir impossible.

L’écologie n’est pas un prétexte pour abandonner un objectif. En PNL, nous apprenons à rendre écologique un objectif en nous libérant des freins qui nous empêchent de réaliser ce que nous voulons comme, par exemple, un comportement gênant, une émotion qui nous dérange, un ou des souvenirs trop présents ou une croyance limitante.

De nombreux outils dits d’évolution nous donnent les moyens pour mettre en place les changements que nous souhaitons. 

Utilité
L’exploration de notre écologie nous permet de découvrir des éléments et des fonctionnements inconscients de notre personnalité. Ces découvertes visent un élargissement de notre conscience.

En rendant écologique nos objectifs, nous activons une véritable démarche d’évolution dans laquelle chaque objectif devient réalisable et chaque changement acceptable. 

Retour au sommaire

Emotion

Etat présent

En PNL, un état présent est une technique permettant d’identifier clairement les différents éléments de notre subjectivité qui nous empêchent d’atteindre un objectif.

Faire un état présent revient à identifier la structure d’un problème dans le but de trouver de nouvelles solutions acceptables.

Application en PNL
Nous faisons un état présent quand nous sommes face à une difficulté sur le plan personnel ou professionnel.

Par exemple, cet outil est applicable quand une personne ressent de l’angoisse, de la honte, de la culpabilité, de la colère, de la gêne ou de la peur. Cette technique est aussi utilisée pour comprendre un comportement gênant tel qu’une réaction inappropriée ou une addiction.

Par ailleurs, la structure de l’état présent permet de faire le diagnostic précis d’une problématique. A partir des informations recueillies, on définit la technique PNL adaptée à la difficulté rencontrée.

L’état présent n’est pas une finalité en soi. C’est une étape de prise de conscience qui permet ensuite d’évoluer.

Utilité
Quand on utilise l’état présent pour soi, on a un guide cohérent pour découvrir ses fonctionnements intimes sans culpabiliser ni se dévaloriser. Grâce à ces multiples prises de conscience, la personne qui pratique la PNL va envisager sereinement les changements qu’elle souhaite.

En réalisant des états présents sur ses propres difficultés, on augmente considérablement son autonomie pour résoudre ses problèmes.

Quand nous utilisons l’état présent pour aider l’autre, nous lui offrons un cadre de recherche dans lequel il est totalement libre de trouver les fonctionnements qui le limitent et, par la suite, les solutions les plus adaptées pour résoudre ses problèmes.

En psychothérapie, l’état présent donne au thérapeute les moyens de réaliser un diagnostic clair et précis à partir duquel il va bâtir une intervention rigoureuse et efficace.

Retour au sommaire

Feed back

Filtre

Retour au sommaire

Index de conscience

Outil mettant en évidence les activités de notre conscience.

Dans ce modèle, nos fonctionnements conscients peuvent être orientés vers : 

  • Des comportements externes (CE) : représente le traitement des données sensorielles présentes autour de nous comme par exemple voir les personnes avec plus ou moins de détails et entendre leurs paroles.
  • Des processus internes (PI) : activité mentale basée sur le traitement de données visuelles et auditives complété par les commentaires que nous faisons dans notre tête (appelés « dialogue interne »). Ces processus internes comprennent, par exemple, les images et les souvenirs auxquels on se réfère. 
  • Des états internes (EI) : représente ce que nous ressentons, c’est à dire nos émotions.

Ces 3 domaines d’activité sont inter-reliés et s’influencent mutuellement, ce qui crée notre cohérence.

En s’appuyant sur les travaux de Georges Miller, la PNL postule que le traitement conscient des informations est limité.

En PNL, l’étude de nos activités conscientes est associée à la recherche de nos fonctionnements non conscients.

Application en PNL
Nous utilisons l’index de conscience pour accéder à notre mémoire et retrouver des informations perdues. Par extension, cet outil sert à découvrir des fonctionnements non conscients qui nous limitent ou qui créent un problème.

C’est un outil largement utilisé pour mettre à jour ses mécanismes interprétatifs, pour développer une écoute respectueuse et pour augmenter sa concentration.

En utilisant l’index de conscience, on arrive à se connecter facilement et rapidement à ses émotions.

Avec cet outil, nous savons comment mettre en place de nouvelles solutions comme, par exemple, un comportement efficace, une émotion adaptée, une réflexion riche et pertinente.  

Utilité
Avec l’index de conscience, nous avons les moyens d’accéder à des données et des processus inconscients.

Grâce au pragmatisme de cet outil, on est capable de gérer efficacement son attention aussi bien vers les autres que vers ce que l'on fait. 

L’utilisation de l’index de conscience donne une très grande clairvoyance sur ce que nous pouvons développer et comment y arriver.

 

Intention positive

Retour au sommaire

Ligne du temps

Outil permettant de se représenter un continuum temporel intégrant notre vison du passé, du présent et du futur.

En PNL, cette représentation se trouve dans notre espace mental. Avec certaines techniques, elle peut être matérialisée sur le sol.

La ligne du temps est subjective, individuelle et modifiable à souhait. Par conséquent, il n’existe pas de représentation universelle.

On peut retrouver des indices de la représentation de cette ligne du temps dans le langage – «  mon passé est derrière moi » – et/ou dans la gestuelle – en faisant un geste de la main montrant l’espace derrière soi par exemple.

Application en PNL
La ligne du temps est utilisée pour agir sur sa représentation du temps. En l’adaptant à ses besoins, on peut par exemple :

  • Organiser efficacement son temps aussi bien professionnel que personnel
  • Retrouver des événements passés agréables ou désagréables
  • Apprendre à profiter de l’instant présent sans se préoccuper du futur
  • Construire des projets personnels ou professionnels
  • Se motiver pour ses objectifs
  • Diminuer l’impression que le temps passe vite

Souvent, la ligne du temps est associée à d’autres outils de la PNL. Par exemple, en l’associant à l’ancrage, nous accédons à nos ressources personnelles et nous pouvons diminuer l’impact émotionnel d’événements qui nous dérangent.

La ligne du temps est utilisable pour soi et pour aider les autres à gérer efficacement leur temps.

Utilité
Avec la ligne du temps, nous avons un moyen simple et rapide pour agir sur notre propre perception du temps.

La conscience de cette structuration subjective du temps permet de faciliter l’organisation d’une journée, de se réconcilier avec son passé et de construire le futur que nous souhaitons.

Retour au sommaire

Meta

Préfixe qui indique ce qui est « au dessus de », « à propos de » ou « au sujet de ».

Ce terme « meta » permet d’établir une hiérarchie entre 2 éléments et d’explorer un niveau d’abstraction supérieur à ce qui est connu.

Application en PNL
En PNL  le préfixe « meta » est associé aux mots suivants :

  • Une « meta position » : position neutre qui permet d’observer les positions des différents acteurs d’une situation
  • Le « meta modèle » : modèle linguistique (basé sur les structures du langage) qui décrit un modèle du monde, c’est à dire une représentation de la réalité.
  • Un « meta commentaire » : commentaire au sujet d’un commentaire
  • Un « meta état » : état crée à partir d’un état comme par exemple avoir honte de s’être mis en colère
  • Un « meta programme » : apprentissage (programme) cognitif invisible qui génère des fonctionnements visibles

Utilité
L’utilisation du terme « meta » permet d’aborder simplement l’auto réflexivité de la pensée et les différents ordres d’abstraction associés.

En cherchant des « meta fonctionnements », on augmente considérablement sa conscience de soi. 

Retour au sommaire

Méta modèle

Terme utilisé en PNL pour parler du langage et, par extension, d’un outil de questionnement qui sert à clarifier le sens des mots.

Nous avons chacun notre perception des choses que l’on appelle en PNL notre modèle du monde. Pour décrire et partager nos expériences, nous utilisons le langage. Notre langage peut donc être considéré comme un code descriptif de notre modèle du monde. Il est le modèle qui parle du modèle d’où le terme « meta modèle ».

Le langage est très imprécis car il ne peut pas décrire toutes nos expériences. Par exemple, si une personne dit « Hier, je suis sorti pour me détendre », on ne sait pas ce qu’elle a fait exactement ni à quelle heure.

En PNL, l’étude du « meta modèle » – c’est à dire du langage – permet de repérer  très précisément les mots et les tournures de phrase à questionner pour lever les ambiguïtés et ainsi clarifier notre compréhension. 

Application en PNL
En PNL, le meta modèle est utilisé pour comprendre son interlocuteur et pour se comprendre soi-même.

La pratique du meta modèle permet de développer une écoute très fine et respectueuse. L’apprentissage des questions riches et variées évite d’interpréter les propos de l’autre. Le meta modèle s’avère très utile pour comprendre les besoins et attentes d’un client, un collaborateur, un ami ou un enfant.

L’utilisation des questions précises du meta modèle aide aussi l’autre à trouver par lui-même de nouvelles solutions. Cette forme d’accompagnement favorise l’implication dans les actions à mener.

Le meta modèle a de nombreuses applications dans le coaching, la psychothérapie, la relation commerciale et la gestion des équipes en entreprise.

En appliquant le meta modèle sur ses propres mots, nous nous donnons les moyens de nous interroger, de comprendre certains aspects de nos fonctionnements et de découvrir des éléments non-conscients de notre personnalité.

Utilité
En utilisant le meta modèle, nous montrons à l’autre notre intérêt à le comprendre, nous lui montrons que nous respectons sa différence ce qui contribue à établir un rapport de confiance. 

L’utilisation du meta modèle permet de prendre du recul par rapport aux propos de l’autre et de se sentir à l’aise dans les discussions.

En étudiant notre meta modèle, nous gagnons en autonomie pour nous comprendre, pour résoudre nos problèmes et pour trouver de nouvelles solutions. 

Retour au sommaire

Méta programme

Structure cognitive qui met en évidence comment nous filtrons, traitons et évaluons les informations.

Un meta programme est un traitement subjectif et invisible de l’information qui se manifeste dans notre langage.

Pour éviter toute forme d’interprétations sauvages, le repérage des meta programmes se fait exclusivement à travers l’étude du langage.

Un meta programme est un apprentissage cognitif qui décrit nos modes de perception. Un meta programme n’est ni bon ni mauvais. Il est simplement adapté ou inadapté suivant les situations.

Application en PNL
En PNL, nous étudions les meta programmes pour cartographier la subjectivité humaine et pour avoir les moyens de la développer. Voici quelques applications qui en découlent :

Pour soi

  • Découvrir ses modes de perception associés à ses réussites, ses difficultés et ses échecs
  • Apprendre à développer de nouvelles façons de percevoir les choses pour favoriser la réussite de ce que nous entreprenons
  • Elargir notre perception pour créer de nouvelles solutions adaptés aux situations que nous voulons vivre

Dans sa relation à l’autre

  • Tenir compte des meta programmes de nos interlocuteurs pour établir une relation de confiance exceptionnelle
  • Réussir à se faire comprendre en utilisant dans son langage des meta programmes compréhensibles et acceptables  pour l’autre
  • Développer une écoute fine des modes de perception permettant de comprendre la vision de l’autre sans la juger.

En thérapie 

  • Repérer les modes de perception qui contribuent au mal être ou à la souffrance de la personne 
  • Accompagner l’autre pour qu’il transforme sa subjectivité et accède à de nouvelles ressources
  • Utiliser les meta programmes comme indicateurs fiables permettant de mesurer l'efficacité d'une intervention 

Utilité
Pour soi, la connaissance des meta programmes donne de puissants moyens pour agir sur sa subjectivité.

En particulier, les meta programmes donnent accès à l’apprentissage des structures mentales nécessaires pour développer des aspects cachés de sa personnalité. Le processus utilisé s’appelle la modélisation.

Dans les relations aux autres, utiliser les meta programmes garantit la réussite de sa communication aussi bien sur le plan personnel que professionnel.

Retour au sommaire

Métaphore

Modélisation

Retour au sommaire

Niveaux logiques

Retour au sommaire

Objectif

En PNL, nous appelons « objectif » tout ce que nous voulons dans le futur et qui dépend de nous.

Pour éviter toute confusion, ce que nous voulons et qui dépend des autres est appelé un « résultat ».

Un objectif englobe une intention quand nous communiquons, une envie de progresser quel que soit le domaine, un projet personnel qui peut être d’ordre privé et intime, un changement que nous voulons mettre en place, un projet professionnel qui va de l’acquisition d’une compétence au déploiement d’une nouvelle orientation.  

Le travail sur les objectifs est central en PNL. De fait, la PNL est considérée comme une approche orientée solution et elle tient une place majeure dans le domaine des thérapies brèves.

Application en PNL
La notion d’objectif est une des bases de la PNL. Elle est un vecteur d’apprentissage, de changement et d’évolution. On la retrouve de façon transversale à tous les niveaux de formation.

Certains outils PNL permettent d’améliorer un objectif pour le réaliser plus rapidement ou plus facilement. Avec d’autres techniques, nous rendons atteignable un objectif qui paraissait difficile voir impossible.

La PNL donne les moyens de travailler sur ses objectifs et aussi d’accompagner l’autre dans la réalisation de ses objectifs. De fait, la PNL est souvent utilisée dans le management, la relation d’aide que ce soit en coaching ou en thérapie brève et aussi par les parents qui veulent accompagner leurs enfants dans leur scolarité et leurs projets et par les sportifs pour augmenter leurs performances. 

Utilité
En développant sa capacité à réaliser ses objectifs, on prend en mains ses projets et on devient libre de choisir ses voies d’évolution.

L’objectif visé par la PNL est de devenir responsable et autonome de son développement personnel.

Grâce à la place déterminante des objectifs, la PNL apporte un cadre structuré et rigoureux permettant de trouver rapidement ce que nous voulons et de réaliser efficacement nos objectifs.

Dans l’accompagnement des autres en général et en thérapie en particulier, cette orientation vers les objectifs donne rapidement les clés pour traiter les problèmes et pour mettre en place les solutions souhaitées avec une grande efficacité.

Retour au sommaire

Pont Vers Le Futur

Faire un « Pont Vers Le Futur », c’est vivre, dans sa tête, la réalisation d’un objectif pour vérifier sa faisabilité.

En simulant par anticipation ce que nous voulons réaliser, nous créons l’activité cérébrale qui sera déployée lors de la réalisation de notre objectif.

Un « Pont Vers Le Futur » sert à s’assurer que nous sommes en accord avec ce que nous prévoyons. 

Application en PNL
Un « Pont Vers Le Futur » est systématiquement réalisé après une technique concernant la réalisation d’un objectif.

Si nous percevons une difficulté lors de cette simulation, soit nous modifions le déroulement prévu soit nous transformons notre perception pour rendre l’objectif réalisable et acceptable. 

Utilité
En anticipant le déroulement d’un objectif, on se donne les moyens de le réussir facilement.

Un « Pont Vers Le Futur » permet de se préparer pour atteindre un objectif. De cette façon, nous augmentons de façon significative notre confiance en nous.

Polarité

Présupposé linguistique

Retour au sommaire

Rapport de confiance

Expression qui caractérise une qualité de relation favorable pour communiquer.

En PNL, le rapport de confiance repose sur 3 aspects principaux : 

  • Ecouter l’autre sans le juger
  • Comprendre ce qu’il dit sans interpréter ses propos
  • Accepter inconditionnellement sa différence

Etablir un rapport de confiance, c’est montrer à notre interlocuteur qu’il peut avoir confiance dans notre capacité à ne pas le juger, ne pas l’évaluer, ne pas l’interpréter, ce qui revient à l’accepter tel qu’il est. 

Application en PNL
Grâce aux outils de la PNL, nous apprenons à établir un rapport de confiance avec nos interlocuteurs quand nous le souhaitons.

Cette qualité de relation non jugeante est applicable dans tout type d’échanges comme, par exemple, avec un inconnu, avec un ami, avec un enfant, avec un parent, avec un collègue, avec un client.

En PNL, on apprend aussi à établir cette qualité de relation avec soi-même.  

Utilité
Le rapport de confiance génère des relations authentiques basées sur le respect et la tolérance.

En relation d’aide et, plus particulièrement, en psychothérapie, établir un rapport de confiance favorise l’accès à l’inconscient et aussi l’émergence de nouvelles solutions.

En établissant un rapport de confiance avec soi-même, on apprend à s’écouter, à se respecter et à s’accepter sans culpabiliser ni se dévaloriser. Cette qualité de relation favorise l’accès à l’estime de soi.  

 

Représentation

Ressource

Pour la PNL, une ressource est un état émotionnel.

Comme à son habitude, la PNL n’apporte pas de jugement. Par conséquent, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises ressources.

Voici quelques exemples de ressources : la confiance en soi, la motivation, la persévérance, le calme, la sérénité, la joie, l’enthousiasme, le dynamisme, la détente, la concentration et aussi la colère, la peur, la culpabilité, l’énervement, etc.

La PNL postule que nous avons toutes les ressources en nous pour réaliser nos objectifs. 

Application en PNL
En PNL, nous apprenons à nommer, accéder, amplifier nos ressources et aussi à avoir du choix dans nos ressources.

Les ressources sont utilisées pour améliorer la réalisation d’un objectif. Par exemple, une personne peut apprendre à donner son avis lors d’une discussion avec une ressource de sérénité ou à dire « non » avec assurance et sans culpabiliser.

Certains outils PNL permettent aussi de modifier l’impact émotionnel d’un souvenir et, en particulier, un choc traumatique, en mobilisant de nouvelles ressources.

Utilité
En travaillant avec ses ressources, les émotions ne sont plus considérées comme un problème, mais comme un moyen pour réussir ce que nous entreprenons. Beaucoup de gens vont ainsi se réconcilier avec leurs émotions.

Quand on accède aux ressources de son choix, on améliore considérablement ses performances, son aisance et sa confiance en soi que ce soit sur le plan personnel, professionnel ou sportif.

Retour au sommaire

Sous modalités

Une sous modalité est une caractéristique précise associée à des informations visuelles, auditives, kinesthésiques, olfactives ou gustatives.

Un son peut avoir, par exemple, comme sous modalités : un volume élevé, un tempo rapide, des sonorités en stéréo. Quant à une image, elle peut être définie par rapport à sa taille, sa luminosité, sa netteté, l’intensité de ses couleurs.

Un souvenir est associé au contenu de l’expérience et aussi aux sous modalités de sa représentation.

Application en PNL
En agissant sur les sous modalités de nos représentations, nous apprenons à :

  • Relativiser un souvenir désagréable
  • Augmenter l'intensité émotionnelle d'un moment agréable
  • Affiner la préparation de nos objectifs et les rendre atteignables facilement
  • Analyser une situation avec précision
  • Créer des stratégies mentales efficaces et performantes
  • Déployer rapidement de nouveaux comportements

Utilité
Modifier les sous modalités de nos représentations internes revient à développer notre capacité à enrichir nos modes de perception. De cette façon, nous agissons directement sur le codage de notre réalité subjective.

L’usage de cette compétence cognitive nous donne les moyens de gérer nos émotions tant agréables que désagréables et de créer de nouvelles perspectives.

Retour au sommaire

Stratégie mentale

Ensemble d'opérations mentales, sensorielles et reproductibles que nous réalisons souvent inconsciemment avant d'agir.

En PNL, les stratégies mentales sont décrites à travers le modèle TOTE (voir dans le lexique) 

Retour au sommaire

 

Structure de référence / Structure profonde / Structure de surface

Ces termes sont issus des travaux du linguiste américain Noam Chomsky dont la PNL s’est inspiré pour établir des outils facilitant la communication et la connaissance de soi.

  • Structure de référence : vécu sensoriel de nos expériences. Il est personnel et intransmissible

  • Structure profonde : représentation subjective que nous nous faisons de notre vécu

  • Structure de surface : expression orale ou écrite que nous utilisons pour parler de notre vécu (notre langage)

Quand nous parlons, nos mots (structure de surface) ne peuvent pas exprimer tout le contenu sensoriel de nos expériences (structure de référence) ni la représentation complète que nous nous en faisons (structure profonde).

En PNL, le décalage entre les mots et la représentation qu’ils décrivent s’explique à travers le repérage de 3 processus de transformation :

  • Des omissions
  • Des généralisations
  • Des distorsions

Ces processus se retrouvent dans nos mots et dans nos tournures de phrases.

Application en PNL
Ces différentes structures vont se décliner dans de nombreux postulats et outils PNL.

En distinguant ces 3 structures, on prend conscience que les mots sont trompeurs car ils ne décrivent qu’une infime partie de l’expérience. La PNL nous donne les moyens d’explorer la structure profonde en écoutant finement et en questionnant précisément la structure de surface (voir dans le lexique « Meta modèle » et « tri sur l’autre »).

Dans le milieu professionnel, cette compétence est déterminante pour réussir des entretiens, pour découvrir les besoins et attentes d’un client, pour désamorcer un conflit, pour donner une instruction claire, pour s’assurer que l’autre à compris ce que nous lui avons dit, pour comprendre les difficultés d’un collaborateur et pour l'accompagner dans une solution acceptable.

En relation d’aide, ce modèle des 3 structures permet d’aider l’autre à se comprendre en explorant ses processus de transformation et les aspects de sa structure profonde qui créent son problème. A partir de là, de nombreuses techniques PNL servent à enrichir la structure profonde pour créer de nouvelles solutions.

Dans la vie de tous les jours, distinguer ces 3 structures nous apprend à intégrer la différence de l’autre dans nos communications ce qui donne du recul dans les échanges.

Utilité
En ayant conscience de ces 3 structures, nous devenons curieux de la différence de l’autre. Nous développons une communication respectueuse vis à vis de notre interlocuteur.

Connaître ses propres processus de transformation permet de mettre à jour les mécanismes qui régissent notre subjectivité et d’en développer de nouveaux facilitant la réalisation de ce que nous voulons.

Retour au sommaire

Synchronisation

Dans une discussion, la synchronisation consiste à adopter une forme de communication proche de celle de son interlocuteur. En PNL, on tient compte des formes non verbales et des formes verbales.

Les formes non verbales comprennent la posture, la gestuelle, la distance entre nous et l’autre, les caractéristiques de la voix (comme, par exemple, la vitesse, la régularité, la tonalité, la puissance).

Les formes verbales intègrent les façons de s’exprimer comme, par exemple, le niveau de détail d’un discours et la nature des comparaisons utilisées (par ressemblance ou par différence).

Se synchroniser revient à limiter les écarts entre notre forme de communication et celle de notre interlocuteur.

Se synchroniser n’est pas singer l’autre ni se moquer de lui ni être d’accord avec ce qu’il dit.

Application en PNL
En PNL, la synchronisation s’utilise quand on veut établir une relation de confiance avec son interlocuteur.

La synchronisation peut s’employer dans toute communication quand on veut se faire comprendre et/ou quand on veut comprendre le point de vue de son interlocuteur.

Utilité
La synchronisation nous donne les moyens de réussir un accompagnement individualisé, un entretien professionnel, un coaching, une négociation, une séance de thérapie.

En apprenant à nous synchroniser, nous développons du choix dans notre façon de communiquer ce qui augmente notre flexibilité de façon significative.

Retour au sommaire

TOTE

L’acronyme « TOTE » (Trigger – Operate – Test – Exit) a été décrit pour la première fois en 1960 par George Armitage Miller, Eugene Galanter et Karl Pribram dans leur livre « Plans and the structure of behavior ». Ces 3 chercheurs ont contribué au développement de la psychologie cognitive.

En PNL, « TOTE » est un modèle qui décrit les éléments d’une stratégie mentale.

Une stratégie mentale est composée d’un objectif précis (le développement d’un savoir-faire), d’un déclencheur, d’opérations sensorielles internes et d’un ou plusieurs tests pour évaluer les résultats obtenus.

Le modèle « TOTE » intègre une correction des opérations mentales (couramment appelée boucle de rétro action ou feed back en PNL) en fonction du résultat obtenu. 

Pour rester fidèle aux racines de ce modèle, une stratégie mentale va définir les processus cognitifs qui amènent à une compétence et non décrire ses aspects comportementaux.

Suivant son organisation interne, une stratégie mentale peut être plus ou moins efficace et même inadaptée.

Application en PNL
En PNL, le modèle « TOTE » s’utilise dans 2 cas de figure :

  1. Améliorer ses compétences existantes : en repérant ses propres stratégies mentales afin de les optimiser

  2. Acquérir une nouvelle compétence : soit en créant consciemment les étapes de sa propre stratégie mentale soit en décodant la stratégie mentale de quelqu’un qui a déjà cette compétence

Les stratégies mentales permettent d’aborder des savoir-faire concernant l’organisation personnelle et professionnelle, le gestion du temps, la mémorisation, la planification, l’apprentissage, la créativité, les prises de décision, la préparation mentale, la négociation, les choix à faire, la concentration, la motivation, etc.

Utilité
Découvrir ses propres stratégies mentales met en lumière ses fonctionnements non conscients qui génèrent ses comportements.

Grâce au processus de décodage des stratégies mentales, on peut voir en l’autre une source illimitée d’évolution personnelle.

En utilisant les stratégies mentales, on développe sa capacité à agir sur ses propres processus cognitifs ce qui augmente la maîtrise de soi et son efficacité personnelle.  

Retour au sommaire

Trier sur soi / Trier sur l’autre

Dans une discussion, nous pouvons être centré sur nous – « Trier sur soi » – ou centré sur l’autre –  « Trier sur l’autre ».

« Trier sur soi » revient à interpréter les propos de l’autre à partir de nos propres filtres, nos valeurs, nos expériences.

Nous trions sur nous quand nous donnons aux mots de l’autre un sens qui nous est propre, quand nous suggérons ou imaginons la réponse de l'autre à partir de notre compréhension, quand nous sommes convaincus d’avoir raison et que nous cherchons à en persuader l’autre, quand nous donnons des conseils ou des solutions qui, en définitive, ne sont que les nôtres.

« Trier sur l’autre » consiste à chercher à comprendre l’autre en explorant sa vision des choses sans le juger, sans évaluer ses propos, sans interpréter et en posant des questions précises.

Par exemple, nous trions sur l’autre quand nous posons des questions ouvertes telles que « Qu’as-tu fait cette semaine ? ». Quand nous lui demandons « Est-ce que tu es allé au cinéma ? », nous trions sur nous car nous l’enfermerons dans notre hypothèse.

Trier sur soi ou trier sur l’autre n’est pas bon ou mauvais. En PNL, nous allons choisir l’attitude adaptée à la communication que nous voulons.

Application en PNL
En PNL, nous allons apprendre à trier sur l’autre pour comprendre précisément ce qu’il dit sans interpréter ses propos. Cette capacité est extrêmement utile pour explorer les besoins d’un client et pour découvrir comment l’autre a vécu une expérience.

Dans le cadre d’une relation d’aide, trier sur l’autre permet d’identifier rapidement les éléments structurels d’un problème afin de trouver les solutions adaptées à la personne. Cette capacité donne aussi à l’autre les moyens de mieux se connaître.

Un des outils PNL qui permet d’apprendre à trier sur l’autre s’appelle le « meta modèle » (voir sa définition dans le lexique).

En devenant conscient du tri sur soi, nous découvrons nos mécanismes interprétatifs et comment nous créons du sens. Travailler le tri sur soi permet aussi d’apprendre à argumenter une idée.

Utilité
En triant sur l’autre, nous établissons une relation de confiance basé sur le non-jugement ce qui facilite considérablement la communication.

En pratiquant le tri sur soi et le tri sur l’autre dans une discussion, nous devenons conscient de ce qui nous appartient et ce qui appartient à l’autre. A partir de là, nous communiquons en acceptant les différences de l’autre et en se respectant soi-même.

Retour au sommaire

Valeur

Retour au sommaire